Il y a quelque chose de frappant ici, on doit bien s'en rendre compte dès les premières heures après son arrivée. On voit des gens faire pipi un peu n'importe où. Mais ce qui m'a encore plus frappé, c'est que je n'ai vu que des hommes uriner au bord d'une route, conte un mur, dans la rue, dans un fossé... Pas une seule femme. Étant dans un pays pauvre, les toilettes ne sont pas très développées, il n'y en a pas dans les maisons même modestes ou alors c'est la fameuse cabane au fond du jardin.

Alors je me demande si les femmes sont simplement plus pudiques que les hommes et trouvent des endroits bien cachés de la vue des conducteurs (oui, puisque qu'on se déplace surtout en voiture ici, j'ai le droit à ce spectacle quand je suis au volant principalement), ou... Non, ça doit être ça, elles sont plus pudiques. Pour un homme c'est facile, hop, debout, hop, fini. J'ai vu des hommes se garer sur la file de droite de la seule quatre voies qui existe ici (la première fois que tu la prends tu es heureux de passer quatre ou cinq vitesses et puis tu te rends compte qu'il y a beau ne pas y avoir de trou, cette route est dangereuse à cause de piétons, vélos et autres charrettes qui te font zigzaguer entre les voies de gauches et de droites sans arrêt...). Donc, il s'arrête, il descend de sa voiture tranquillement et passe la barrière de sécurité, ou pas, pour uriner sur le bas côté. 

Le pire c'est quand même en ville, parce que c 'est moins aéré que dans la nature donc il faut aussi supporter l'odeur. Presque ambiance de ferias, mais sans l'odeur du vomi, ça va... (Non, ce n'est pas partout, n'allez pas imaginer Tana comme un urinoir géant non plus). Là, je pense à cette amende en France, je ne sais plus trop le prix mais j'ai cru voir qu'à Paris c'est 35 euros. En voilà un grand fossé entre notre France et un pays comme Madagascar. Rien n'est comparable au niveau sanitaire non plus. En France on trouve des toilettes publiques, bien que souvent la propreté reste à désirer. A Madagascar, je ne sais même pas si ça existe, déjà avoir quelques mètres carrés sous un toit est loin d'être donné à tout le monde, alors des toilettes c'est une autre histoire. 

On m'avait raconté aussi que dans la nature il y a beaucoup de lieux sacrés. Et faire ses besoins à ces endroits est interdit. Si on a le malheur de le faire, il peut nous arriver des choses plus ou moins grave, c'est un peu comme si on nous jetait un sort. Tout ça pour dire que sur un grand trajet quand on traverse des kilomètres de nature et qu'on n'a qu'un buisson en guise de toilettes, à moins d'être accompagné de quelqu'un qui connaît bien l'endroit, en plus on risque un mauvais sort... C'est pas facile de faire pipi ici...