En attendant la réponse de la devinette n°3, je vais faire ma française raleuse, parisienne blasée et autre screugneugneu tiens !

Aujourd'hui, j'ai du aller au marché pour trouver des accessoires (rubans, boutons, etc.) pour le travail. Quand je cherche des choses très précises et que j'ai des modèles, j'envoie quelqu'un de l'usine généralement, mais quand je n'ai qu'une vague idée de ce que je recherche et pas de modèle précis, je m'y déplace. Cela implique que je reprenne la voiture pour aller vers le centre ville. Cette petite mission anodine se transforme quasi à chaque fois en parcours sans fin parce que je peux tester n'importe quel jour, n'importe quelle heure, il y a toujours des embouteillages, et on me donne toujours une raison différente en plus (le mercredi il y a le marché je ne sais où, donc j'évite le mercredi). Aujourd'hui c'était la rentrée des classes, oui m'enfin, à 9h30 ils sont déjà tous en classe, et à presque midi on va me dire que c'est l'heure de manger ?

Bref, à la base je ne voulais pas parler des éternels et quotidiens embouteillages, ça, il faut s'y faire, ça fait partie de la vie ici. Je voulais râler contre les multiples contrôles de papier ! En France, j'ai du conduire l'espace de 4 ans avant de profiter des transports parisiens. Je me souviens m'être fait contrôler deux fois : la première quelques jours après avoir eu mon permis, l'inévitable soufflage dans le ballon au retour des fêtes de Dax ; la seconde en route vers le festival d'Angoûleme, et encore je crois que le gendarme n'avait même pas regardé mes papiers. Et il me semble que c'est tout.

Ici, ça fait cinq mois que je suis là, que je conduis et je ne compte même plus le nombre de fois où je me suis faite arrêtée ! Aujourd'hui ça a été la totale, les papiers du véhicules, le permis et la carte de résident. Pour cette dernière, je n'ai qu'un récépissé car elle n'est pas encore faite, cet été la date a été repoussée deux fois car la personne qui s'en occupe n'était pas là. L'agent m'a fait remarqué que normalement on ne peut pas se faire repousser la date autant de fois, mais bon qu'est-ce que j'y peux moi si la personne n'a jamais pu s'en occuper depuis le mois de mai ? Heureusement il n'a pas trop insisté...

La fois la plus drôle a été le policier qui a lu tout mon permis de conduire, puis il m'a regardé en disant "Emile Zola... Germinal..." Sur le coup j'étais perplexe et puis, oui oui, en effet l'adresse sur mon permis est celle qui indique "impasse Emile Zola", un petit "hahaha" et "veloma monsieur !".

Peut-être vous demandez-vous pourquoi on se fait autant arrêter ? Déjà la voiture. Vous avez pu voir la photo dans un post précédent, c'est un véhicule fait pour transporter, donc on me demande souvent avant même mes papiers ce que je transporte, ou il va directement voir à l'arrière.
Ensuite, s'il y a quoi que ce soit de pas très en règle, le policier peut en profiter pour te faire chanter un petit peu, on peut s'en sortir avec un petit "koly koly" (un petit pot de vin, un petit billet...). Il doit bien y avoir de vraies amendes aussi, enfin j'espère !
Et enfin, je suis vazaha et ça revient au même avec le point précédent sachant qu'on peut me demander mon visa à tout moment et aussi, comme aujourd'hui, ma carte de résident que je n'ai pas encore.

Du coup, je me rends un peu compte du calvaire que vivent les gens, à Paris pour ce que j'en sais, qui se font contrôler à tout va, dans le métro ou autre, parce qu'ils ont un teint un peu bronzé... Et encore ici ils ont de magnifiques armes qui donnent le ton (bon, j'y connais rien arme mais ça a la taille d'une kalachnikov quand même...), et comme je n'ai pas trop confiance en leur possible réaction incontrôlable en ces temps tendus de pré-élections (en considérant que la date ne sera pas encore une fois repoussée, mais ça, c'est uen autre histoire), même si on me dit de ne pas m'arrêter, je suis trop disciplinée et je me gare gentiment puisque je n'ai rien à me reprocher.

Bon, je pense qu'il y a assez de lecture pour aujourd'hui. Bonne soirée !